Comment réussir son adoption ?


L'adoption est un vrai challenge pour les parents adoptifs et pour leurs enfants adoptés. Certains faits sont pourtant difficiles à accepter, mais méritent une attention particulière et souvent professionnelle, avant, pendant et après l’adoption elle-même : 


•    
Les couples qui souhaitent adopter un enfant

sont souvent confrontés au deuil, à la dépression, à des conflits avec leur propres parents… ceci pendant une phase du processus qui leur demande de faire des choix impactants toute leur vie et celle de leur futur enfant. Les couples se sentent jugés, critiqués et parfois considérés comme incompétents. Il en résulte souvent de fortes émotions. 


•    
Les parents adoptifs

sont amenés à comprendre la différence entre la parentalité biologique et la parentalité adoptive pour être capables ensuite de répondre favorablement aux difficultés de leurs enfants, sans se sentir rejetés ou démunis. Les enfants adoptés présentent souvent un stress post-traumatique, provoqué par les expériences traumatisantes vécues avant l’adoption : malnutrition, abus, abandon, séparation, guerre, violences, mort... Les manifestations sont par exemple : trouble d’attachement, trouble d’alimentation, troubles du sommeil, violence, manque de respect, dépression, retard psycho-moteur, trouble d’apprentissage, phobies, déficit d’attention… Les parents adoptifs peuvent ressentir rejet, mésestime de soi et échec
. Or leur santé psychique est primordiale pour le développement de leurs enfants dont ils sont la seule ressource.

​•    
Les enfants adoptés

​ont besoin de spécialistes en psycho-traumatologie et victimologie pour diminuer l’influence de leurs traumatismes, les intégrer dans leur propre histoire et les surmonter pour pouvoir s’épanouir. De plus les évenéments de la vie ont des “anniversaires” et donc reviennent assez régulièrement.
Grâce à l’accompagnement les réactions peuvent s’estomper graduellement.
Chaque enfant est unique et a une histoire unique. Des enfants de la même famille, qui ont vécu les “mêmes traumatismes” auront des difficultés différentes selon l’âge, le nombre
d’événements, les aides présentes à l’époque (quelqu’un qui a pris le relais pour subvenir aux besoins de l'enfant). 

​•    
Les adolescents et jeunes adultes adoptés

L’adolescence est une période difficile en situation normale, et se complique en cas d'adoption. L'enfant adopté est en quête de réponses aux questions d'identité : ressemblance physique, valeurs, héritage….
Les personnes adoptées sont souvent prises dans un conflit de loyauté : “si je veux rencontrer mes parents biologiques, est-ce que je vais blesser maman?”. Le “je veux savoir” se confronte avec la peur du “que vais-je découvrir?”. S
’il n'y a pas de traitement du stress post-traumatique,
les choix de vie se compliquent (métier, mariage, …). Les adolescents et jeunes adultes ont besoin de voir plus clair pour pouvoir prendre les bonnes décisions.